Le travail #1

10 commandements

J’ai repris le travail il y a quelques jours, et je suis déjà HS. Nausée , crise d’urticaire sur le chemin du premier jour. Symptôme psychosomatique du fait que j’y vais à reculons ou j’étais vraiment malade.

Le travail un monde très particulier.

Les collègues, les patrons, les clients.

Cet article sera explorer en plusieurs chapitres.

Travailler on en rêve tous.
Quand on est jeune on a envie de faire tous les métiers du monde, au lycée on est des rebelles, pas d’études, au plus vite la vraie vie.

Mais quand celle ci arrive, c’est tout autre chose.

Certains arrivent à trouver le métier de leur rêve et sont épanouis, d’autres suivent leurs voies, mais le bonheur n’y est pas.

Pour la plupart d’entre nous on a un travail dit « alimentaire ».

On a un logement, on part en vacances, on vit plus ou moins bien.
Tant qu’on a une vie privée équilibrée, on le supporte, c’est la version la plus édulcorée.

Mais même quand on a le métier de nos rêves, ce n’est pas toujours facile ( alors imaginez quand c’est juste pour vivre).

Il y a en général deux types de guerres, celle avec la direction et celle avec les collègues.

C’est probablement la deuxième qui affecte le plus. ( les rumeurs, difficultés à s’ intégrer…)
Car oui il y a une grande tradition dans toute les entreprises: les ragots!
Ragoter, putasser ( mots inventés naturellement, mais tellement lourd de sens) on y passe ou y participe tous.
Là ou ça dérape c’est quand on passe du ragot à la rumeur, parce que l’impact n’est plus le même.
Rumeurs de liaison entre 2 collègues, on vous invente une vie quand ne vous voulez pas raconter la votre, du coup vous êtes est mis à l’écart,vous devenez le bouc émissaire, persona non grata. Et c’est l’enfer qui commence,  il est souvent difficile de s’en sortir, prendre du recul oui, mais quand le mal est fait, la dépression est souvent proche.

Heureusement ce n’est pas toujours le cas, en ce qui me concerne, même si j’ai quelques énergumènes dans mon équipe, on a quand même de bons délires.
La solidarité ce qui nous aide à tenir quand la direction nous matraque et nous prends pour des robots.

Comme on dit: on n’ait pas cher payé mais on rigole.
le travail

 

La guerre avec la hiérarchie, dans les grandes entreprises, nous le petit personnel ont subi.
On garde espoir de pouvoir évoluer de façon juste, de pouvoir être muté sans trop de difficulté.
On essaye de garder une vision utopiste du monde du travail pour tenir.
La pression qu’on peut subir est parfois redoutable,esprit fragile attention. Et même en étant fort ce n’est pas toujours évident.
Les patrons qui font du harcèlement moral, parce qu’ils sont jaloux, des psychopathes en herbes, ou simplement sadiques.
Qui se croient tout permis juste parce qu’ils sont au dessus de nous.
Écraser les gens sans raison est un plaisir pour eux.
Personne ne ‘aime, alors toi non plus ils ne t’aimeront pas.

Le monde du travail c’est comme Dallas un univers impitoyable.
on fond c’est chacun pour soi,
Certains collègues deviennent des mais, ceux là en général tu les vois en dehors du boulot.
Les autres méfie toi, le coup de poignard vient souvent de la personne la plus proche de toi.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s